Couverture France Dimanche Hors Série Belmondo
Lundi 08 juin 2020

Hors-Série France Dimanche - Jean-Paul Belmondo

Un numéro souvenir : retrouvez la fabuleuse histoire et les plus belles images du dernier géant du cinéma français !

Prix : 5.90 €
Parution : 5/06/2020 (en vente 56 Jours)

Couverture France Dimanche Hors-Série Belmondo

 

Edito

«Je veux exister, c’est tout… Après, je rentre chez moi », disait-il face à l’objectif de Cédric Klapisch, dans la comédie dramatique Peut-être (1999). Cette réplique toute en humilité correspond bien au caractère de cet homme, sans conteste le plus grand acteur, encore vivant, du cinéma français. S’il est aujourd’hui auréolé du statut de monstre sacré de notre septième art, cela ne doit rien au hasard.

Parce que Bébel, comme on aime à l’appeler, a su traverser, en soixante ans de cinéma, tous les genres, avec sa mâle élégance, avec un talent, un humour et une liberté toujours renouvelés : animal débordant de sensualité chez Jean-Luc Godard ou François Truffaut, il s’est promené avec une facilité déconcertante des films d’auteurs de la Nouvelle Vague aux productions plus populaires, aux polars, aux fictions d’aventure, aux comédies… Sans oublier le théâtre.

« J’ai eu plusieurs périodes, comme un peintre : la bleue, la rose », confiait ce fils de sculpteur à son ami Henri Verneuil en 1980. Tour à tour drôle, enjoué, frénétique, amoureux fou du tourbillon de la vie, c’est un jongleur d’émotions, un saltimbanque épris de la belle réplique et du beau geste dispensé avec panache, qui a tourné, sous la direction des plus grands réalisateurs, quelque 83 films.

Sportif accompli – il était un boxeur prometteur à 15 ans – Jean-Paul Belmondo a toujours vécu chaque tournage comme une aventure physique, un dépassement de soi-même. D’où son amour inconditionnel des cascades, dont il disait dans un rire ravageur : « Je dois bien cela à mon public. » Et contrairement à Alain Delon, son grand rival de Borsalino, l’artiste a toujours refusé de se prendre au sérieux, ne serait-ce qu’une seconde. Il préférait s’asseoir à la table d’un bon restaurant, consulter la carte avec un sourire gourmand, pour palabrer façon Audiard avec son ami de toujours, Charles Gérard.

À 87 ans, l’acteur en impose encore et se prête volontiers aux métaphores animalières : vieux lion à la crinière blanche, il a survolé sa flamboyante carrière tel cet aigle royal que vénéraient les Apaches, en montant toujours plus haut, sans jamais se brûler les ailes…

Jean-Baptiste DROUET

Vous serez peut-être intéressé par...
Magazines CMI France
Les articles à ne pas louper -...
Lire la suite
Newsletter de nos marques
Les Newsletters de nos marques
Lire la suite
Nominations CMI France
Les articles à ne pas louper -...
Lire la suite